Les actus du DMP

26 août 2021

Accueil > Actualités > Les actus du DMP

Bonjour à tous ! 

Après une pause liée à la crise sanitaire, je reprends enfin ma plume pour une nouvelle saison d’articles. 

J’aborderai la profonde métamorphose qui va ébranler le monde de la santé durant les prochains mois : L’arrivée massive du numérique et les règles que chacun de nous, professionnels de santé, devront respecter avec l’aide de nos éditeurs de logiciels.

Le projet était déjà bien inscrit sur les tablettes de l’État et de la CNAM.

DMP et Simply Vitale

La crise sanitaire de 2020, le recours massif et réussi aux télésoins et à la télémédecine durant cette période, ont précipité nos métiers de soignants dans la galaxie de la dématérialisation définitive des données de santé. 

Le projet “Ma Santé 2022” et les négociations du “Ségur de la Santé”, définissent les grands axes qui vont orienter la  révolution numérique dans nos pratiques soignantes.

Durant les prochains mois je vous parlerai des nouveaux mots doux qui vont bercer votre quotidien de professionnel de santé : ANS, PRO-PS, Mon espace santé, normalisation des échanges, espace numérique de santé, interopérabilité, sécurité… Qu’il est loin le temps où la facturation Sesam -Vitale était le projet numérique révolutionnaire !! 

Aussi aujourd’hui vais-je commencer gentiment en vous parlant du DMP, que tout le monde connaît… Mais combien d’entre vous l’utilisent ? 

Le DMP, ou dossier médical partagé, a pour objectif de centraliser sur un seul espace sécurisé  en ligne les données médicales de chaque patient. Le DMP facilitera ainsi  le partage de ces informations entre tous les professionnels de santé qui le soignent, de l’hôpital à la ville.

Petit retour en arrière : Lorsque l’avenant 6 a été signé en mars 2019, souvenez-vous, l’état voulant inciter les infirmiers à créer des DMP pour leurs patients, proposait de verser à chaque création de nouveau DMP, un généreux forfait de 1€ par DMP créé.

Je ne suis pas certaine que cette mesure ait eu le succès espéré auprès des infirmiers, d’autant plus qu’entre temps, les pharmaciens ont reçu la même mission pour le même forfait mais avec plus de personnes pour le réaliser. Si on ajoute à cela la crise du Covid, durant laquelle notre profession a été sur-sollicitée, on comprend que le DMP soit resté au second plan de nos préoccupations.Petit retour en arrière : Lorsque l’avenant 6 a été signé en mars 2019, souvenez-vous, l’état voulant inciter les infirmiers à créer des DMP pour leurs patients, proposait de verser à chaque création de nouveau DMP, un généreux forfait de 1€ par DMP créé.

Avec le Projet “Ma Santé 2022” et le besoin de dématérialiser les échanges de données médicales, il devenait urgent que l’ensemble de la population ait un DMP créé. 

Attendre que les professionnels de santé fassent le travail risquait de retarder les échéances.

La CNAM a donc décidé la création massive d’un DMP pour tous les assurés et leurs bénéficiaires. 

Depuis le 1er juillet 2021, de fait, les professionnels de santé ne peuvent plus créer de DMP pour leurs patients.

Concrètement, pour ceux qui l’utilisent déjà pour leurs patients, rien de changé. 

Pour ceux qui souhaitent le découvrir, voici quelques informations : 

Du côté du patient : 

C’est le patient qui autorise l’accès à son DMP aux professionnels de santé de son choix. Il peut également bloquer l’accès à un professionnel qui était autorisé.

Il est averti par courrier ou message de l’intervention d’un professionnel de santé dans son DMP.

Le DMP n’étant pas obligatoire, le patient peut également décider de le clôturer.

Le patient peut ajouter des informations de type antécédents médicaux ou allergies. 

Du côté du professionnel de santé :

Le logiciel doit permettre un accès direct au DMP, et non pas un accès via un accès internet externe au logiciel. Ceci est défini dans un agrément.

Super ! Votre logiciel Simply Vitale est agréé pour le DMP

Depuis le dossier de soin, le dossier médical ou encore la fiche du patient, vous avez un accès direct vers le site du DMP (avec une connexion internet bien sûr) et vous pourrez vous identifier avec votre CPS et entrer le code porteur. 

Si c’est votre première connexion sur le DMP du patient, vous devrez attester que celui-ci vous autorise bien à le consulter. 

En cas d’urgence il est néanmoins possible d’activer le mode “bris de glace” (Si,si, c’est comme ça que ça s’appelle ! ). Cela permet d’accéder au DMP d’un patient en incapacité de donner son autorisation.

Ensuite, vous pourrez consulter les données contenues dans le DMP, et également l’alimenter en déposant depuis le dossier de soin un document ou une édition. 

Le format de documents autorisés sur le DMP étant très spécifique, il vaut mieux utiliser l’export vers le DMP qui convertira votre document. 

Enfin, avant d’exporter quoi que ce soit, il vous faudra vérifier qu’il entre bien dans une des catégories de documents autorisés. 

Quelques autres infos : 

  • Le médecin traitant est le seul à avoir accès à toutes les données présentes dans le DMP.
  • L’Assurance Maladie ajoute des données remontées par l’historique des soins et des traitements remboursés des 24 derniers mois.

En 2022, le DMP sera intégré dans l’espace santé du patient “Mon espace santé”(*)

(*) L’espace “Mon espace Santé” a été déployé dans certains départements pilotes durant l’été 2021 (La Haute Garonne, La Somme, la Loire Atlantique).

Mais ceci fera l’objet d’un prochain article ! 

D’ici là, sachons rester zen… et informés.

Lilou

Suivez-nous